Juil 29 2014

Animation en 2cv – Bordeaux & Pays Basque

Luc Fertin

Enterrements de vie de garçon ou de jeune fille, mariages, anniversaires, fêtes de famille…

Circuit formule particulier* – PAYS BASQUE

Toute l’année : circuit d’une journée complète de 9h30 à 17h30 ou bien d’une demi-journée de 9h à 13h30 ou de 14h à 18h30, au-delà de ces horaires : supplément de 75€/2cv.

Au départ de notre entrepôt de TARNOS (462 rue de l’Industrie, 40220 Tarnos) – Minimum 3 voitures.

Conditions : chauffeur âge mini 21 ans et 2 ans de permis.
Caution au départ 2CV : 1500 euros – Présentation du permis obligatoire – Franchise de 800,00 euros

Ce rallye vous permet de découvrir, de façon autonome et à votre rythme, la côte et l’intérieur du pays basque. L’itinéraire prévu vous permet d’accéder aux principales curiosités et panoramas de la région. Il comprend : la fourniture du véhicule avec le carburant, les assurances pour le circuit, une carte de l’itinéraire, un pass dégustation, des propositions d’entrées pour des visites et des dégustations. Vous conserverez également le carnet de route illustré (avec quiz et indices à retrouver) comportant également des informations touristiques et culturelles. Ne comprend pas la restauration du midi.
Capacité 2CV : 1 à 4 personnes par voiture, jusqu’à 30 voitures disponibles.
*(sans accompagnateur)

Ce rallye individuel peut être offert en coffret cadeau pour l’événement de votre choix : Anniversaire, Noël, Enterrement de vie garçon, Enterrement de vie de jeune fille…

Tarifs et renseignements sur demande via le formulaire ou à contact@events-car.fr

 


Circuit formule particulier* – BORDEAUX (Médoc / St Emilion / Sauternes)

Toute l’année : circuit d’une journée complète de 9h30 à 17h30 ou bien d’une demi-journée de 9h à 13h30 ou de 14h à 18h30, au-delà de ces horaires : supplément de 75€/2cv.

Au départ de notre entrepôt d’Eysines ou RDV sur place selon votre choix de destination – Minimum 3 voitures.

Conditions : chauffeur âge mini 21 ans et 2 ans de permis.

Caution au départ 2CV : 1500 euros – présentation du permis obligatoire – Franchise de 800,00 euros
Ce rallye vous permet de découvrir de façon autonome et à votre rythme les plus grand vignobles de Bordeaux. L’itinéraire prévu vous permet d’approcher les principaux châteaux et autres curiosités de la région. Il comprend, la fourniture du véhicule avec le carburant, les assurances pour le circuit, une carte de l’itinéraire, un pass dégustation 2 vins, des propositions d’entrées pour des visites et des dégustations. Vous conserverez également le carnet de route illustré (avec quiz et indices à retrouver) comportant également des informations touristiques et culturelles. Ne comprend pas la restauration du midi.
Capacité 2CV : 1 à 4 personnes par voiture, jusqu’à 30 voitures disponibles
*(sans accompagnateur)

Ce rallye individuel peut être offert en coffret cadeau pour l’événement de votre choix : Anniversaire, Noël, Enterrement de vie garçon, Enterrement de vie de jeune fille…

Tarifs et renseignements sur demande via le formulaire ou à contact@events-car.fr

Enterrement de vie de jeune fille et de garçon dans les vignes !

 


Juil 18 2014

RN7 en 2cv : Paris devient « la banlieue de Saint-Paul de Vence »

Luc Fertin

Avant de vous souhaitez à tous de très bonnes vacances, je ne résiste pas à vous inviter à parcourir un excellent article ayant pour sujet les  » Routes mythiques« 

996 kilomètres, de Paris à Menton. Des bords de la Seine à la frontière italienne. La RN7 traverse la France, mais elle la raconte également. Cette route est une vraie leçon d’histoire-géo, qui résume toutes nos révolutions économiques depuis les lointaines Trente Glorieuses.

On démarre au point zéro : sur le parvis de Notre-Dame. C’est là son départ officiel. Dans les faits, on passe du périph’ à la grande banlieue : Juvisy, Corbeil-Essonnes, Fontainebleau… On retrouve un peu du parfum de la RN7 en traversant le Loiret. Montargis, baptisée « la Venise du Gâtinais », est traversée de part en part par notre fameuse route et garde un peu de son charme d’antan.

Car la RN7 aujourd’hui, c’est surtout de la nostalgie. Celle d’une époque où l’été arrivait d’un seul coup et lançait les Français sur les routes à l’assaut des plages. On embarquait dans la voiture de papa, une 204, une R16 ou une 2CV, avec la glacière et les cartes Michelin. Maman guettait les panneaux, papa surveillait le voyant de température et les enfants demandaient si l’on était bientôt arrivé.

La route a été déclassée en route départementale sur certains tronçons, mais elle garde ses aficionados. Le maire de Tain-l’Hermitage, Gilbert Bouchet, a ainsi créé une association, « Aire N7 », qui compte valoriser ce patrimoine, sur le modèle de la fameuse route 66 américaine.

« La RN7, c’est comme l’auberge espagnole, on y trouve ce qu’on y cherche… », explique Thierry Dubois, spécialiste de la RN7 et auteur de plusieurs ouvrages et BD sur le sujet.

On peut encore trouver des traces de la belle époque dans le Nivernais. Des restaurants « relais-étape », des garagistes à l’ancienne, avec la pompe à essence, la boutique et l’atelier en enfilade. Mais c’est entre Valence et Avignon que la RN7 a gardé un vrai parfum « vintage ». Des villages bordés de platanes, des places ornées de fontaines, des joueurs de pétanque et quelques boutiques qui annoncent la Provence : nougats, calissons et autres douceurs parfumées à la lavande.

Avant d’arriver à Orange, il faut faire une halte à Piolenc, où l’on célèbre la route avec un « musée mémoire de la Nationale 7 ». Des autos vintage, des motos, des caravanes, mais aussi un film, des documents et des panneaux qui racontent ce que furent les grandes heures de cette route des vacances. « Pour les gosses qu’on était, les départs en vacances, c’était la fête : on regardait les belles autos, les gros camions, les gens de la ville qui s’arrêtaient dans le village pour se restaurer et laisser reposer les moteurs. Mais dès que l’autoroute A7 a ouvert, dans les années 60, ça a peu à peu disparu », se souvient un ex-hôtelier de Piolenc.

d’après un article de Thierry Meissirel / Le Progrès.fr